BIOGRAPHIE

Née en 1996 dans le 12ème arrondissement de Paris, Marie-Camille sait depuis longtemps qu’elle consacrera sa vie à l’art. Encouragée par ses parents, elle se dirige alors dans un premier temps vers un Baccalauréat Design et Arts Appliqués, qu’elle obtient en 2015, puis expérimente différentes formes d’expression artistique pendant son séjour aux Ateliers de Sèvres en 2016. Elle découvre ainsi la photographie et la vidéo, mais ce qui l’anime vraiment, c’est la création hybride : en 2017, elle lance alors sa première collection de « vêtements sculptures ». Avec de simples opercules de cannettes de soda en aluminium, collectés avec patience, elle fabrique artisanalement et à la main des robes et des bodies, inspirés du couturier Paco Rabanne. C’est lors de cette même année que la robe « Paco » est née, primée depuis à trois reprises lors de salons, notamment le Salon d’Automne de Paris. 

 

En 2019, Marie-Camille étoffe son catalogue avec des petits accessoires, comme des sacs, et commence une formation en apprentissage chez Christian Dior Couture, au SAV Maroquinerie. Plutôt que de créer, elle répare des articles de la marque, envoyés par des clients du monde entier et peaufine par la même occasion sa technique. Elle affirme en parallèle son propre style et expose pour la première fois ses créations lors d’expositions en galeries et en salons.

Toujours, dans son travail, que ce soit à travers des robes ou des tote-bags, Marie-Camille revendique à travers son           « Recycler, transformer, assembler » l’utilisation de matériaux anodins du quotidien, souvent invisibles et bien vite consommés et jetés : capsules de bière, opercules de canette et magazines deviennent alors des œuvres d’art.

DÉMARCHE

Marie-Camille utilise et transforme les objets invisibles du quotidien pour en faire des vêtements et des accessoires qui rappellent dans un premier temps la production textile de la Haute Couture. Ensuite, capsules de bières, opercules de soda et autres lingettes ne sont pas une matière agréable à porter et renvoient également aux thèmes de la surconsommation et de l’écologie. En effet, l’industrie actuelle de la mode, sous l’égide de la fast-fashion, produit en grande quantité, bien au-dessus du besoin réel des consommateurs, pour renouveler les collections le plus souvent possible. Les vêtements sont donc devenus un produit de consommation courant, rapidement achetés et peu portés. Le textile est cependant la seconde industrie la plus polluante du monde, que ce soit à cause de la production de matières premières, de la fabrication ou bien encore du transport des vêtements jusque dans nos boutiques. Avec ses vêtements importables, Marie-Camille nous met ainsi face à nos mauvaises habitudes de consommation et dénonce une industrie qui encourage l’achat impulsif et le jetable. Pour renforcer son message, elle utilise des matériaux tout aussi éphémères : les capsules de bière, opercules de canettes et lingettes anti-décoloration ne sont utilisables qu’une seule fois et rapidement mis à la poubelle. Si certains de ces éléments sont toutefois recyclables, ils sont rattachés à un petit contenant (bouteille de bière, canette de soda) qui encourage la consommation rapide et excessive.

 

Son objectif : 

L’objectif de Marie-Camille est donc clair : elle souhaite créer et fabriquer des ensembles qui ne pourront pas être portés. Ses créations, mélange entre la sculpture (le mannequin) et la Haute Couture (la pièce créée), laissent en effet une sensation désagréable sur la peau et des marques visibles, rappelant certains vêtements du quotidien, normés, douloureux, non adaptés aux multiples morphologies et qui, trop serrés, donnent des traces à la fin de la journée.

 

Les matières utilisées : 

Les divers matériaux utilisés dans la confection des vêtements et accessoires sont strictement issus du recyclage, collectés, en grande quantité, pendant de longs mois. Le papier provient des magazines tandis que le cuir est issu des chutes lors de la production d’autres projets. Quant aux opercules, capsules et lingettes, elles sont accumulées, à la demande de Marie-Camille, par l’entourage de l’artiste.

PARCOURS

Formation

2019 - 2022

CAP Maroquinerie en alternance aux Compagnons du Devoir et du Tour de France (Pantin 93500)

(cursus prépa métier) et chez Christian Dior Couture (Blois 41000 et Paris 75008)

2018 - 2019

Ateliers du Carrousel du Louvre (Paris 75001)

2017 - 2018

Ecole Nationale des Beaux-Arts de Lyon - 1ère année (Lyon 69001)

2016 - 2017

Atelier de Sèvres : préparation aux concours des Ecoles d’Art (Paris 75006)

2015 -2016

Strate Collège, Ecole de Design - 1ère année (Sèvres 92310)

2015

Baccalauréat Design et Arts Appliqués (STD2A) (Paris 75008)

Expériences professionnelles

2019 - 2022

Apprentissage chez Christian Dior Couture au SAV maroquinerie (service après vente) sur Blois (41000) et sur Paris (75008)

2012

Stage en broderie d’art chez Linge au Coeur (Bois-Colombes 92270)

  • Instagram
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now